Newsletter Recherche
Demain |

HeidelbergCement accélère sa lutte contre le réchauffement climatique

La réduction des émissions de CO2 est un enjeu stratégique de l’industrie cimentière : HeidelbergCement vise à atteindre dès 2025 les objectifs initialement fixés pour 2030.

Objectif : neutralité carbone

Arriver à la neutralité carbone du matériau béton : c’est, à terme, l’ambition du groupe HeidelbergCement. Aujourd’hui l’empreinte carbone du béton est de moins de 100 grammes de CO2 par kilogramme. Pour la réduire, il faut essentiellement baisser les émissions de CO2 du ciment. Les émissions sont liées à la production de clinker. Pour la réduire encore, il faut poursuivre les efforts de R&D tant au niveau du process que des développements de nouveaux ciments.

C’est pourquoi, dans sa stratégie « Au-delà de 2020 », HeidelbergCement s’est donné un objectif prioritaire : les faire passer dès 2025 sous la barre des 525 kilogrammes par tonne de ciment. Cette baisse de 30% par rapport à 1990 était initialement prévue pour 2030. Dans 10 ans, le groupe souhaite faire descendre les émissions de CO2 à moins de 500 kilogrammes.

     

 

Une démarche d’économie circulaire

Cette lutte contre le réchauffement climatique s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire, démarche en œuvre depuis la fin des années 70 en cours de renforcement. Le groupe agit tout d’abord sur l’énergie utilisée, responsable de 40% des émissions. Ses cimenteries améliorent sans cesse leur efficience énergétique et utilisent des combustibles alternatifs se substituant aux énergies fossiles : pneus usagés, résidus de peintures, farines animales, divers combustibles solides de récupération (CSR)... Les autres 60 % d’émissions proviennent de la réaction chimique provoquée par la cuisson du calcaire. Pour capter celles-ci, HeidelbergCement mène d’importants programmes de recherche  mais aussi pour utiliser plus de matériaux recyclés, notamment la pâte cimentaire de béton. En parallèle, des programmes de R&D se poursuivent sur les matériaux issus des déchets de déconstruction pour leur réemploi dans la production de béton ou  dans le process cimentier.   

 

 

 

Cet article vous a-t-il plu ?