Newsletter Recherche
Tendances |

Vertical Bloc : une préfabrication simplifiée et économe sur les chantiers

La société Vertical Bloc, dirigée par Jean-Pierre Oblin, développe des blocs d'un nouveau genre pour le secteur de la maison et du petit collectif. Plus maniables et plus légers que les parpaings traditionnels, ils sont réalisés avec du ciment de chez Ciments Calcia au sein de huit sites de préfabrication en France.

Qu'est-ce qui vous a guidé dans la mise au point de ce procédé industriel, reproductible et innovant, pour la construction ?

Je n'ai pas réfléchi par rapport aux normes industrielles régissant le process du béton préfabriqué, je souhaitais améliorer le produit lui-même. Je suis parti d'un constat, celui de la pénibilité de certaines tâches sur les chantiers. La manipulation et la mise en œuvre des parpaings ne sont pas simples du fait de leur poids  et de leur forme. J'ai donc imaginé un nouveau produit plus ergonomique et, surtout, beaucoup plus léger, adapté à la réalisation de maisons individuelles et de petits immeubles collectifs, jusqu'à R + 2.

Vous évoquez l'ergonomie et la simplicité de mise en œuvre de  Vertical Bloc. Pouvez-vous détailler les différents éléments composant la gamme ?

Il s'agit de préfabrication, donc de blocs reproductibles, tous identiques, réalisés avec du ciment Calcia. La gamme comprend huit produits, qui présentent des caractéristiques communes. Ainsi, la largeur et la hauteur des blocs sont toujours identiques, quel que soit le produit : 15 cm de large pour 20 cm de hauteur. Afin de répondre à toutes les configurations, il y a en revanche des blocs de 20 cm de long, de 40 cm  et, pour les plus grands, de 60 cm. Surtout, ces blocs sont très légers, avec seulement 22 kg au mètre carré. Par ailleurs, comme il s'agit de blocs qui coulissent et s'emboîtent, cela autorise un ferraillage très fortement réduit : - 25 % par rapport à une construction classique. Cet allègement a une autre répercussion importante à laquelle on ne pense pas forcément. Elle permet de charger davantage de palettes sur les camions et de gagner ainsi sur le temps de livraison des chantiers...

Comment sont assemblés les blocs entre eux ?

L'assemblage des modules est effectué avec un micro béton coulé sur le chantier. Ce micro béton est fabriqué en centrale et mis en place à l'aide de camions malaxeurs et de pompes à mortier. Cela assure une qualité constante en termes de granulométrie, de résistance et de dosage et ce, quels que soient le lieu, la météo et les conditions climatiques... C'est donc une assurance supplémentaire pour la stabilité de l'ouvrage.

Mais moins ferrailler n'a-t-il pas une incidence sur la résistance ?

Nous avons évidemment un avis technique du Centre scientifique et technique du bâtiment, le CSTB ! Le ferraillage reste, bien sûr, présent au niveau des têtes de mur et des ouvertures au-delà de 180 cm de hauteur... Mais on a souvent tendance à trop ferrailler ou à sous-évaluer la résistance des matériaux. À l'heure où il faut préserver la ressource et l'environnement, et prendre en compte toute la chaîne de production, il est essentiel de s'orienter vers une optimisation des process dans la construction.

Cet article vous a-t-il plu ?