Newsletter Recherche
Art de faire |

Un escalier hélicoïdal en mortier très haute performance de Ciments Calcia

Pour rejoindre la communauté des Compagnons du devoir, il faut faire ses preuves, chaque compagnon devant réaliser un “travail de réception”. L’escalier hélicoïdal de Lionel
Cacchia et Maxime Seghiri est à la fois le témoignage d’un art de faire,  le fruit d’un travail en commun et d’un accompagnement de Ciments Calcia. Autoportant, démontable,
s’élevant sans appui, il met en œuvre une technique inédite relevant presque
de la sculpture.

Cet escalier a une histoire très singulière... Quelle est-elle ?

Lionel Cacchia : C’est avant tout un projet de recherche de Maurizio Brocato, directeur du laboratoire GSA* à l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais. Il a développé l’idée en 2012 avec ses étudiants. Roland Merling, ingénieur et responsable prescription chez Ciments Calcia était partie prenante du projet, dans le cadre d’un partenariat de recherche. Via l’entreprise dans laquelle je travaillais, j’ai été associé à cette réalisation pour mon propre Travail de réception de Compagnon. Il s’agit donc d’un long cheminement collectif. Pour finir, nous avons proposé à Maxime Seghiri de reprendre le projet dans le cadre de son Travail de réception, afin de résoudre certaines problématiques que nous avions rencontrées à l'époque.

Quelles étaient ces problématiques ?

Maxime Seghiri : Nous avons dû retravailler le coffrage, avec l’emploi notamment d’une mousse expansée taillée en 3D, revêtue d’une peinture époxy, afin d’obtenir un rendu le plus propre possible. Ensuite, j’ai amélioré le système de tirants, il est à présent constitué de tiges filetées, solidarisant trois claveaux. Nous avons aussi repris le lit de pose, qui était lisse, et ajouté des tenons-mortaises pour une solidité maximale. Enfin, la charge en fibres a été redosée à la hausse dans le mortier EFFIX ARCA pour obtenir plus de résistance.

Cette technicité très poussée était nécessaire car l’escalier est particulier...

Maxime Seghiri : En effet cet escalier, imaginé à l'origine par Maurizio Brocato, est autoportant, démontable – en une journée seulement – et industrialisable grâce à sa géométrie répétitive liée à sa forme hélicoïdale ! Nous avons utilisé seulement deux moules pour l’intrados et l’extrados. Par ailleurs, le béton fibré apporte la légèreté et la “facilité” de fabrication, la possibilité de reproduction et donc de préfabrication. D’ailleurs, SNBR, entreprise spécialisée dans ce domaine, a été associée dès le début du projet. Je ressens une vraie fierté d’y avoir contribué et de passer le flambeau à d’autres compagnons en vue d’améliorer encore le procédé.

* Géométrie, structure et architecture.

Cet article vous a-t-il plu ?