Pour une ville agréable et lumineuse

Le choix des matériaux de construction d’une ville peut grandement influer sur le bien-être de ses habitants. Ainsi, une surface blanche, en réfléchissant beaucoup plus de lumière qu’un sol noir, contribue à réguler la température et à améliorer la sécurité en zone urbaine. Cet effet, appelé albédo, ouvre la voie à de nouveaux usages du béton clair dans l’amélioration du cadre de vie.

Les problématiques d’une urbanisation intensive

La majorité des activités et des infrastructures se trouve dans les grands centres urbains et leurs abords immédiats. La population a donc besoin d’habiter au plus près de ces pôles. En une décennie, l’espace urbain en Métropole a augmenté de 19 %, et les villes abritent aujourd’hui 47,9 millions d’habitants, soit 77,5 % de la population*. Comment concilier cette densification avec les aspirations de chacun à un confort de vie accru ? Et comment gérer les effets d’un tel développement urbain sur l’environnement ?

L’effet albédo

L’expression vient du latin blancheur. Il mesure la quantité de rayonnement réfléchie par rapport à la quantité reçue. Il s’exprime entre 0 et 1, ou 0 % et 100 % et nous apprend que :

  • Une surface noire donne un albédo de 0 ou 0 %. Elle absorbe l’intégralité du rayonnement solaire qu’elle reçoit, le restitue avec une nouvelle fréquence (infrarouge). Bloqué dans l’atmosphère, ce rayonnement réchauffe les gaz à effet de serre.
  • À l’inverse, une surface blanche donne un albédo de 1 ou 100 %. Elle réfléchit le rayonnement solaire tout en conservant sa fréquence. Le rayonnement solaire retraverse l’atmosphère et repart dans l’espace. L’effet de serre est atténué.

Le choix des matériaux employés pour l’aménagement urbain est donc crucial. Grâce à leur albédo élevé, les bétons clairs ou blancs ont un pouvoir réflecteur, véritable atout en milieu urbain.

Asphalte

Betonclair

Faire le choix du béton clair

La R&D des filières ciment et béton travaille depuis longtemps à trouver des solutions pour rendre la ville plus saine et plus agréable à vivre. Aujourd’hui il s’agit de valoriser un atout du béton, qui le différencie radicalement de l’asphalte : sa couleur claire, et donc son pouvoir de réflexion de la lumière et de sa chaleur induite. Cette propriété du béton permet de garder un environnement plus sain en ville.

Une arme contre les îlots de chaleur urbains

L’omniprésence des chaussées en asphalte entraîne l’absorption de la chaleur du soleil en journée et sa restitution la nuit, qui empêche ainsi les températures de redescendre suffisamment pour recréer un sentiment de fraîcheur. Ce phénomène, appelé îlot de chaleur urbains (ICU), est caractéristique des grandes villes, où les températures de l’air et des surfaces sont fréquemment supérieures de plusieurs degrés à celles des zones rurales environnantes. En été, ces îlots de chaleur urbains peuvent accroître les besoins en énergie liés à la climatisation et sont responsables de l’augmentation de la pollution atmosphérique et des émissions de gaz à effet de serre. Les bétons clairs à haut pouvoir réflecteur, c’est-à-dire caractérisés par des albédos supérieurs à 0.4, participent à la réduction des ICU.

Réduction des coûts d’éclairage et sécurité

La lutte contre les phénomènes d’îlots de chaleur n’est pas le seul intérêt des bétons clairs. L’utilité de leur fort pouvoir réfléchissant a également été démontrée dans le domaine de l’éclairage public. Une voirie en béton clair permet de diminuer le nombre et la puissance des sources lumineuses, tout en conservant une visibilité optimale. L’économie d’énergie ainsi générée peut atteindre 30 % à 50 % par rapport à l’éclairage d’une voirie sombre. De plus, le béton clair améliore les contrastes. Ses différentes couleurs et textures permettent ainsi de mieux matérialiser le marquage d’une route, d’un trottoir ou encore d’une piste cyclable. Tous les aspects de la sécurité urbaine ont à y gagner. Les bétons clairs sont une vraie solution pour améliorer le bien-être des habitants des grands centres urbains !  

 

* Source INSEE