Le nouveau visage de l’Hôtel du Département de Gironde

Cadre de vie. La nouvelle vitrine du conseil général de Gironde se distingue à la fois par sa conception architectonique, son approche environnementale et son inscription dans le cadre d’un projet urbain de centre-ville.

Le nouvel Hôtel du Département situé au centre de Bordeaux, quartier Mériadeck, jouxte l’ancien immeuble du conseil général conçu par l’architecte Jean Willerval en 1977. « L’un des apports de ce projet a été de fondre ces deux éléments dans un seul et même ensemble auquel on accédera par une entrée commune située cours Maréchal-Juin », explique Philippe Pascal, architecte de l’agence Art’ur. Précédée par un large parvis, l’entrée s’ouvre sur une véritable rue intérieure. Elle traverse le bâtiment, pour gagner la dalle de l’esplanade Charles-de-Gaulle par une volée de marches.

Une exigence HQE

Éco-construction, éco-gestion, confort et santé, le bâtiment a répondu aux cibles HQE. « Dans le cadre de cette démarche, nous avons porté nos efforts sur le confort hygrométrique, la gestion de l’énergie, l’entretien et la maintenance, mais aussi sur les conditions sanitaires des espaces, la qualité de l’air, le confort acoustique et le confort visuel », souligne Karl-Yvens Belmont, chargé d’opération à la direction du patrimoine du conseil général. Différentes solutions constructives ont été imaginées, jouant sur des structures d’isolations internes et externes et croisant plusieurs formes d’énergies. Le bâtiment utilisera, par exemple, l’énergie géothermique fournie par la chaleur du sol en profondeur.

Le béton au cœur de l’ouvrage

La vie s’organise autour du hall, véritable plaque tournante du nouvel ensemble. Se développant sur 1 000 m², généreusement ouvert sur la ville par de larges baies vitrées, ce hall est recouvert par une verrière type en Shed* sur sa partie centrale formant un atrium. Les six étages du bâtiment s’élèvent autour de cet espace lumineux. L’ensemble des bureaux bénéficie ainsi d’un éclairage en lumière naturelle, côté rue et côté atrium. Futuriste dans ses lignes, mais chaleureux par la présence de végétation, ce hall se prolonge par un espace d’exposition menant à un amphithéâtre de 250 places.

« En matière de gros œuvre, nous avons fait le choix du béton pour son inertie, son esthétique et sa capacité à répondre à la plupart des cibles
HQE », précise Philippe Pascal.

Esthétique et performance

Pour les plafonds, l’entreprise Naullet a fourni 8 000 m2 de voûtains en béton blanc de 12 à 22 cm d’épaisseur, de 1,35 m de large et d’une portée maximum de 8,50 m. « Ces éléments porteurs, à la fois décoratifs et récupérateurs d’énergie, masquent les différents circuits et fluides (eau, électricité, chauffage) tout en améliorant le confort intérieur.

Nos moules ont été réalisés avec un complexe Inox et polyuréthane, et les armatures ont été fabriquées sur notre site de production », précise Didier Gazeau, directeur d’exploitation de la société Naullet. L’entreprise CIR a fabriqué 2 800 m2 de panneaux de façades et 380 ml de bandeaux et corniches. Ces parties visibles sont en béton blanc poli formulé à partir d’un ciment CEM I 52,5 N CE CP2b NF blanc de Cruas (07), auquel ont été intégrés des agrégats de marbre.

Un CEM I 52,5 N CE CP2 NF gris de Bussac (17) a été employé pour les autres éléments.

La livraison du bâtiment a eu lieu en août 2008 pour sa première phase. Deuxième phase du chantier : la déconstruction de la pointe de l’immeuble Maréchal-Juin, afin de relier l’ancien et le nouveau bâtiment. Cette étape devrait s’achever fin 2010.

* Shed : toiture à deux versants de pente différente, couvrant en dents de scie un bâtiment (usage généralement pour des locaux industriels).

Matériaux :

  • Parois intérieures et extérieures visibles : éléments préfabriqués en béton blanc formulé à partir de 160 tonnes de ciment CEM I 52,5 N CE CP2b NF blanc de l’usine Ciments Calcia de Cruas (07) et agrégats de marbre
  • Structures non visibles : éléments préfabriqués en béton gris formulé à partir de 145 tonnes de ciment
    CEM I 52,5 N CE CP2 NF gris de l’usine Ciments Calcia de Bussac (17)
  • Planchers et plafonds : 8 000 m2 de voûtains en béton blanc (résistance C50/60) composé de granulats clairs, de 400 kg de ciment CEM I 52,5 N CE CP2 NF « SB » de Cruas (07) et de 2 adjuvants (entraîneur air et superplastifiant)