Puits de Lumière

BÉTON BLANC – 17 puits de lumière, répartis dans les salles d’audience et les bureaux, invitent l’azur au cœur du nouveau pôle judiciaire de Martigues. Pour encore plus de clarté, c’est le ciment blanc i.design ULTRACEM 52,5 N SB de Cruas qui a été choisi pour les réaliser.

Lumière zénithale

Destiné à remplacer les anciens locaux du tribunal d’instance, du conseil des prud’hommes et de la maison de la justice et du droit, le nouveau pôle judiciaire de Martigues entrera en fonction fin 2017, désengorgeant du même coup le tribunal d’Aix-en-Provence. Imaginé sous le signe de la transparence par l’architecte marseillaise Corinne Vezzoni, le bâtiment comprend deux salles d’audience et suffisamment de bureaux pour regrouper toutes les juridictions de façon confortable et fonctionnelle. Pour tirer au maximum parti de la luminosité naturelle de la région, Corinne Vezzoni a choisi d’ouvrir largement le bâtiment sur le ciel, au moyen de 17 puits de lumière, dont pas moins de 8 dans les salles d’audience. « L’architecte souhaitait conserver l’aspect du béton brut de décoffrage, précise Jean Bouisson, conducteur de travaux de l’entreprise Poggia. Pour répondre à cette demande tout en s’adaptant à la forme complexe des puits de lumière, nous avons opté pour des éléments préfabriqués, et c’est le ciment blanc i.design ULTRACEM 52,5 N SB de Cruas qui est venu leur conférer toute leur luminosité. »

Parements impeccables

D’une hauteur de 2,56 mètres, chacun des puits de lumière est constitué d’une pièce préfabriquée unique, aux dimensions impressionnantes, qui se doit de présenter un fini sans défaut sur sa partie inférieure. « Il fallait impérativement limiter le bullage sur ces surfaces, visibles des bureaux et des salles d’audience, souligne Nadine Disdier, directrice de l’entreprise de préfabrication SAPB. Nous avons utilisé une formule développée avec le ciment i.design ULTRACEM 52,5 N SB de Cruas, que nous employons depuis plusieurs années pour tous nos bétons blancs, et dont le rendu esthétique est particulièrement satisfaisant. Nous l’avons coulée dans des coffrages métalliques ouverts et inclinés, afin que les bulles ne restent pas prisonnières et puissent s’évacuer vers le haut pendant que le béton faisait prise. » Résultat : des parements blancs et parfaitement lisses, par lesquels la clarté du ciel entre désormais à flot. Si la justice reste aveugle, ce ne sera pas par manque de lumière !